El CONGUERO Volume 1
" Technique Fondamentale "

    L'auteur ne s'est pas trompé en sous-titrant El Conguero "Technique fondamentale" : les gammes et les systèmes d'indépendance qu'il propose constituent, en effet, les solides piliers d'un travail technique à la fois novateur et désormais irremplaçable, entièrement en phase avec la révolution dans le jeu des congas provoqués par "Changuito", Giovanni Hidalgo, Richie Flores, Orlando Poléo, Anga Diaz... 
Miguel FIANNACA

   Je pense que c'est une bonne méthode à la fois pour les débutants et les étudiants avancés. Elle permet aux personnes qui débutent la conga d'apprendre les rythmes de base et de saisir le sens de la clave par rapport à la conga. Mais elle permet aussi aux personnes qui jouent déjà de progresser techniquement, de développer l'indépendance et de travailler des solos très intéressants.
Orlando POLEO

  Jean Paul BOISSIERE nous propose une méthode progressive de la technique fondamentale des congas. Sa démarche résolument moderne et contemporaine est originale et ouvre une palette assez large du travail technique de l'instrument. Jean-Paul a su aborder la technique, souvent vécue comme fastidieuse par certains élèves d'une manière claire, récréative et surtout musicale. Saluons la démarche pédagogique de l'auteur basée sur l'idée que la technique peut être synonyme de plaisir. Le livre se termine par l'étude de quatre rythmes de base que sont : le Boléro, le Cha Cha Cha, le Mambo et A Caballo. Le contenu est là encore alléchant en proposant plusieurs soli, ce qui permet de se trouver de plein-pied dans le jeu élaboré de l'instrument.
Laurent LAMY ( Batteur Magazine N° 131 )

  Cette méthode permet une approche très élaborée des congas, mais il faudra aussi en parallèle écouter beaucoup de musique de toutes les ethnies afin de pouvoir jouer et jouir du plaisir qu'offrent ces instruments.
Marc CHANTEREAU

  Une méthode vraiment compléte. Tout y est : des premiers exercices pour débuter jusqu'aux rythmes élaborés, écrits avec précision, soli, indépendance, il ne manque rien ! Du très beau travail.
Denis BENARROSH